Accueil > Le Patrimoine catésien > Patrimoine bâti > L'Hôtel de ville et le Beffroi

L'Hôtel de ville et le Beffroi

le_cateau_hotel_de_ville_5.jpg

Hôtel de ville

Edition Mage - J. Derenne - Paris 19..

L'hôtel de ville du Cateau est une construction du milieu du 16e siècle, dans le style de la Renaissance flamande, reconnaissable au pignon à « pas de moineaux ». Sur l'une des pierres du soubassement en grès, on peut voir la date de 1533. On connaît peu de choses de sa construction par manque d'archives, mais il a été édifié en pierre calcaire sur un bâtiment plus ancien : en témoignent les beaux souterrains avec ogives de pierre blanche.

Le beffroi est postérieur : il est construit en 1705 par Jacques Nicolas de Valenciennes (également architecte de la nef de l'église du Cateau). A l’origine, la « maison de ville » ne dispose pas d'un beffroi car Le Cateau n'avait pas de franchises, appartenant en bien propre à l'évêque de Cambrai. C'est le plus célèbre d'entre eux, Fénelon qui accède à la demande des Catésiens pour édifier ce beffroi.

Surmonté d'un bulbe, il domine l'édifice avec ses quatre étages inspirés de l'architecture de la Renaissance italienne. Au rez-de-chaussée, un porche voûté surmonté d’un balcon permet d’accéder au bâtiment. Proche de l'église dont le clocher est également à bulbe, il compose pour la cité une très jolie vue, au bas de la Place en forte déclivité où à l’extrémité opposée se trouve la statue du Maréchal Mortier, maréchal du Premier empire né au Cateau.

Aujourd’hui encore, l'hôtel de ville abrite les services de la mairie, et son carillon, restauré après 1918, rythme toujours la vie de la cité.
En 1952 il a accueilli le musée Matisse : le grand peintre (1869-1954) né au Cateau a fait au soir de sa vie une exceptionnelle donation d’œuvres diverses, résumant l'évolution de sa peinture. Des œuvres de Auguste Herbin (1882-1960), pionnier de l'abstraction géométrique, sont venues compléter ce musée qui s'est installé en 1982 dans le Palais Fénelon tout proche, pour s’agrandir et accueillir les nouvelles donations de la famille Matisse et les acquisitions.

Au 19e siècle, le beffroi a été restauré par l'architecte Alphonse de Baralle.
Mais depuis les pierres calcaires, noircies par le temps, et qui ont tendance à s'effriter, avaient grand besoin d'une restauration complète ; C’est ce qui a été réalisé, et depuis avril 2019, le beffroi remis à neuf se dresse au bas d’une place pavée réaménagée où figure une pierre aux armes de la ville.
La qualité de son architecture et sa gracieuse silhouette auraient pu justifier son inscription sur la liste des beffrois du Nord retenus par l’Unesco, au titre du Patrimoine Mondial de l’Humanité. Malheureusement, le beffroi du Cateau ne figure pas sur cette liste.