Accueil > Le Patrimoine catésien > L'Eau, une richesse locale

L'Eau, une richesse locale

La ville du Cateau-Cambrésis est traversée par la rivière qui a permis son développement économique depuis plusieurs siècles. Il s'agir de la Selle, modeste cours d'eau long d'environ 52 kilomètres. Cette rivière naît d'une source proche de Molain, village de l'Aisne, situé à une dizaine de kilomètres au sud du Cateau.

Alimenté par la nappe de la craie et les eaux de la forêt d'Andigny, la Selle se dirige vers le nord jusqu'à Montay, avant de décrire une large boucle en direction du nord-ouest. Elle se jette dans l'Escaut à Denain, à proximité des anciennes usines sidérurgiques.

Tout au long de son cours, elle a creusé une profonde vallée au fond de laquelle se cachent des villages autrefois actifs grâce aux nombreux moulins installés sur des chutes d'eau contrôlées par des barrages. Le Cateau comptait ainsi, jadis, quatre moulins dans la ville : les moulins Fourneau, Dufrenois, Saint-Martin et des Prés...

7_les_bords_de_la_selle.jpg

Les bords de la Selle

LS Editeur, Hautmont

La Selle

Un cours d'eau industriel

C'est au 19ème siècle que l'importance économique de la Selle s'est affirmée dans la ville : de nombreuses manufactures se développent en utilisant la force motrice de ce cours d'eau.

Le débit de la Selle est constant à toute période de l'année et ses eaux abondantes permettent le lavage de la laine et des cuirs exploités dans les tanneries. Elles alimentent aussi les teintureries et autres industries gourmandes en eau.

La rivière sert également de poubelle gratuite pour les déchets industriels et les graisses animales évacuées par les abattoirs installés dans le lit majeur de la rivière...

Jusqu’en 1835, la ville du Cateau était entourée de remparts. La Selle et son affluent, le ruisseau de Tupigny, fournissaient l'eau pour noyer les fossés qui ceinturaient les murailles.

L'eau dans la ville, c'est aussi celle que la population trouvait dans les pluies -eau de boisson et de poison, car elle était la cause de nombreuses épidémies de choléra - et les sources qui affleurent à proximité de la rivière, dans le centre de la ville. La Fontaine Rolland, rue de la République, le lavoir de la rue Chancy et le puits profond de la Brasserie historique sont encore visibles..

Captée dans les galeries souterraines, l'eau de la nappe phréatique permit vers 1880, l'approvisionnement en eau des Catésiens

Transformés en lavoir vers 1850, ces sources alimentaient les brasseries . L'eau est en effet la matière première de la bière

Après le décès d'Auguste Seydoux, manufacturier textile et maire du Cateau, sa veuve finança les travaux d'adduction d'eau potable. Les habitants du Cateau, en majorité des travailleurs des usines lainières ou métallurgiques, puisaient enfin une eau non souillée.

La rivière fut aussi dès 1900, utilisée pour remplir le bassin des bains froids, la première piscine municipale. L'eau de la Selle avec quelques têtards, permettait aux Catésiens de nager et de se laver, la piscine était alors proche des fonderies...

C'est enfin la rivière qui fournissait les poissons pêchés par les ouvriers dont les faibles salaires ne pouvaient financer l'achat de viande en quantité suffisante.

Vers 1830, on envisagea de canaliser la Selle pour la transformer en voie d'eau navigable! Ce projet aurait permis aux péniches de rejoindre la Sambre, à Ors, depuis l'Escaut, à Denain. Aucune suite ne fut donné à ce projet.

Époque contemporaine

Un projet d'aménagement des berges de la Selle est en cours au Cateau, Rue de la Digue, mis en œuvre par le Syndicat de la Selle. Il vise à améliorer l'état de la rivière, à favoriser la présence des truites Fario, et à aménager l'esthétique pour permettre d'agréables promenades vertes au cœur de la ville dans des lieux chargés d'histoire.

La Fontaine Rolland

En 1857, Auguste Seydoux, maire du Cateau achète le terrain. Il y fait construire un temple pour le culte protestant en 1858, ainsi qu'une école élémentaire.

La fontaine fournit l'eau à ses nouveaux voisins, paroissiens de l’Église Réformée, mais aussi au propriétaire de la maison qui laissera place, en 1884 à l'école des Frères, future école Saint-Joseph, rue Saint-Lazare, actuelle rue Pasteur.

Complice d'une école catholique et d'une paroisse protestante, l'eau de la Fontaine Rolland est-elle favorable à l’œcuménisme?

A l'ombre de ses murailles, discrète et oubliée, cette fontaine garde le souvenir de l'histoire religieuse du Cateau.

La mémoire de l'eau, en quelque sorte...


Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l'exposition "Suivons l'eau" réalisée par M. Lengrand, Thierry, Mme Bouvart, Christiane et M. Bouvart, Jacques en 2008.